Mokrane Ait Larbi défend le journaliste Kadi Ihsane

 Mokrane Ait Larbi s’est fendu jeudi sur sa page Facebook d’une réaction à la convocation du journaliste Kadi Ihsane par la Gendarmerie de Bab Jedid, puis son déferrement devant le tribunal de Sidi Mhamed avant d’en sortir libre de toutes poursuites.

“Avant de se rende à la Gendarmerie, Kadi Ihsane avait prévenu qu’il entrerait en grève de la faim si sa convocation était liée à l’exercice de son métier de journaliste”, souligne l’avocat qui rappelle que “Kadi Ihsane est un journaliste professionnel depuis de longues années, connu pour son traitement objectif de l’actualité. C’est aussi un militant qui n’a jamais déserté le terrain et c’est son droit de ne pas être l’objet de contraintes de ce genre (NDLR  convocation)” 

Tout en rappelant que la constitution algérienne “garantit la liberté de la presse et interdit  toute poursuite contre un journaliste pour ses écrits”, l’avocat note à contrario, que “le pouvoir laisse la liberté aux services de sécurité de de poursuivre toute  personne et tout journaliste sans respect de cette même constitution qui est au- dessus du pouvoir”.

Et l’avocat de conclure son post sur Facebook en se demandant “jusqu’à quand le journaliste algérien sera libre comme ses pairs dans les pays développés et pouvoir dire ce qu’il souhaite et écrire ce qu’il veut sans craindre d’être convoqué par les services de sécurité”.